Le "Don sur Salaire" ou comment engager ses salariés tout en étant une entreprise socialement responsable ?

dans Marque employeur | par

0010212183G-1920x1280

 

Quand on parle de RSE (responsabilité sociale d’entreprise) on est le plus souvent face à des cadres spécialisés qui doivent composer avec des comités de direction… plus ou moins impliqués… Avec le Don sur Salaire nous avons un formidable dispositif, qui pour une fois, met côte à côte les salariés et l’employeur dans une réelle démarche sociale simple, efficace et pérenne !

Inspiré du « Payroll Giving » anglo-saxon né il y a 30 ans en Angleterre, le Don sur salaire offre la possibilité aux salariés de soutenir les actions des associations de leur choix, en réalisant chaque mois des micro-dons sur leur net à payer.

L’employeur, en s’associant à l’opération, abonde le montant du don.

On parle de co-solidarité employeur-employés. En Angleterre, l’arrondi sur salaire permet de récolter 107 millions de livres sterling chaque année auprès de 800 000 salariés. Aux Etats Unis, c’est 35% des salariés qui, tous les mois effectuent un don sur salaire !!!

Fondée en 2009, l’entreprise sociale (agréée “solidaire) microDON a lancé en France le premier dispositif automatisé du Don sur salaire.

 

038-notes

 

Aujourd’hui 30 entreprises françaises se sont mobilisées avec plus de 30000 salariés qui, tous les mois réalisent des dons sur salaire : ADP, Accenture, Française des jeux, Soparind Bongrain, NYSE Euronext, Eutelsat, Siaci Saint Honoré, Rexel Développement, Cylande, Raja, Henkel, Wincor Nixdorf, Franprix, Talenia Software, Pepsico France, Mazars …

Olivier Cueille, directeur général et co-fondateur de microDon nous indique que 150 entreprises ont un dossier ouvert et vont prochainement lancer leurs premiers dons sur salaire !

Une RSE partagée mais aussi une Marque Employeur Valorisée !

C’est certain !

Ce dispositif est réellement une occasion de cimenter, de fédérer et d’engager l’ensemble d’un collectif autour d’un même projet.

Pour illustrer mes propos j’ai cherché des entreprises qui mettaient en avant cet engagement sur leur site web…

 

Capture d’écran 2014-10-11 à 12.40.05

Opérateur mondial de satellites – 1000 collaborateurs, chiffre d’affaires réalisé sur plus de 150 pays

“Eutelsat a eu du succès avec l’initiative Arrondi Solidaire, à laquelle aujourd’hui près d’un salarié sur deux a adhéré, versant l’arrondi de son salaire à des programmes d’accompagnement à l’emploi par le microcrédit avec l’ADIE. Cette démarche individuelle est soutenue par le Groupe qui en abonde le montant.”

 

Le Groupe Soparind Bongrain – marques premium dans l’agroalimentaire – plus de 20 700 collaborateurs – chiffre d’affaires annuel de près de 4,5 Milliards d’euros.

 

Capture d’écran 2014-10-11 à 12.47.06

“Le Groupe a mis en place en France, le programme de l’Arrondi Solidaire permettant aux collaborateurs qui le souhaitent de donner les centimes de leurs bulletins de paie afin d’accompagner des auto-entrepreneurs via 2 associations humanitaires : Planet finance et l’ADIE. Ce dispositif a également été déployé en Allemagne.”

 

Au final les entreprises sont peu nombreuses à communiquer en externe !

Sans doute parce qu’elles considèrent cet engagement uniquement, dans le cadre de leur responsabilité sociale et absolument pas, dans celui de leur marque employeur ?

La discrétion en matière de don est appréciable, mais il ne faut pas pour autant minorer l’impact en terme de Marque Employeur :

Travailler pour un employeur “Responsable Socialement” qui offre la possibilité de s’impliquer personnellement à la hauteur des moyens de chacun, est un signe fort adressé aux futurs candidats sur lequel il est opportun de communiquer… !

 

Capture d’écran 2014-10-11 à 12.54.14

 

Pour aller plus loin sur le montage en interne d’un tel chantier j’ai interviewé un membre du comité exécutif de la société Henkel (1100 salariés en France) :

Yves Gautier – Head Corporate Communications France & Benelux – Henkel

YvesGautier2011_207775_print_1772H_1772W

 

Pourquoi vous êtes -vous lancé dans cette aventure ?

Nous cherchions à renouveler notre partenariat avec le Secours Populaire.

Pour ce faire nous avons réuni un groupe de travail d’une dizaine de salariés pour réfléchir sur comment réinventer notre partenariat avec le SPF. C’est eux qui nous ont parlé de l’arrondi sur salaire. Cela nous a séduits pour différentes raisons :

  • L’ensemble des salariés pouvait y participer : collaborateurs sédentaires et itinérants. De plus, les micro-sommes en question permettaient au plus grand nombre de s’engager dans la démarche ;
  • Il s’agissait d’une opération équilibrée au regard de l’effort consenti par l’entreprise et consenti par les salariés ;
  • Le dispositif était simple et pérenne.

Nous avions le choix entre différents dispositifs. Quand nous avons mis bout à bout ces différents critères, c’est l’arrondi sur salaire qui nous a semblé le plus viable, facile à mettre en oeuvre rapidement, et qui représenté une réelle démarche de co-construction entre l’entreprise et nos salariés … puisqu’on abonde à 100% les dons des salariés.

Le salarié décide d’affecter un micro don à un projet spécifique du Secours Populaire, (projet préalablement défini par le groupe de travail et le SPF) et décide ensuite du montant de son don.

027071_b4a735a1292dc3e3fce1f3633b38c704.png_srz_255_255_85_22_0.50_1.20_0.00_png_srzEncore une fois sur l’arrondi sur salaire nous restons sur des sommes minimes, (soit un arrondi des centimes soit un arrondi sur les centimes plus 10 euros maximum) donc accessible au plus grand nombre.

De plus la plateforme “arrondi sur salaire” développée par microDON est à la fois très conviviale et hyper simple ! … simple comme un arrondi…

Un autre critère qui nous a semblé important est que nous voulions faire quelque chose d’utile et d’efficace ! Avec le microdon, basé sur le principe que les petits ruisseaux font les grandes rivières ,chacun participe à sa juste mesure et quand on mutualise l’effort de chacun, on commence à construire des choses à la fois pérennes et significatives !

Le point clef pour nous demeure cette idée d’être dans une démarche de co-construction entre l’entreprise et le salarié. C’est à la fois un choix individuel mais aussi collectif. Chaque salarié fait un choix personnel et en même temps ce choix individuel abouti à un engagement collectif.

Autrement dit : nous avons à la fois la liberté du choix individuel et la puissance d’un engagement collectif !

Quelles ont été vos démarches vis à vis des IRP ?

Dans un premier temps, le groupe des salariés bénévoles est venu présenter le projet au comité exécutif, l’objectif étant d’obtenir un accord de mise en oeuvre mais surtout l’adhésion de la direction générale.

Le comité exécutif à l’unanimité a donné son accord en trouvant le projet très intéressant. Ensuite la DRH, sur la base des éléments fournis par le groupe de travail, a présenté le projet aux IRP.

Quel a été l’accueil des IRP ?

Très positif … je ne peux pas me prononcer pour eux … mais effectivement nous avons eu un accueil positif !

 

Quel a été le timing de ce projet ?

Nous avons commencé il y a plus d’un an, d’une part parce que nous voulions faire les choses de manière qualitative et dans l’ordre, mais aussi du fait de notre système d’information particulièrement sécurisé.

Nous avons travaillé main dans la main, avec nos équipes de sécurité informatique monde, pour sécuriser les flux informatiques. C’est cette validation de l’ensemble des éléments de sécurité informatique qui nous a pris le plus de temps.

Quels ont été les outils et les supports utilisés pour sensibiliser l’ensemble de vos collaborateurs ?

Ils ne sont pas encore tous déployés !

Il y a 6 mois, au sein de notre séminaire trimestriel “Top 80” où nous avons réuni les 80 principaux managers du groupe, nous leur avons présenté le projet.

Après l’avoir fait aux IRP, il était évident d’associer l’ensemble du top management français à ce projet… pour être certain que ce dispositif soit “porté” par l’ensemble de la ligne managériale.

 

Puis nous avons mené des réunions sur nos principaux sites, sorte de “road show” : On invite les salariés qui le souhaitent.

A cette occasion, le fondateur de microDON est venu pour expliquer d’où vient microDON, la secrétaire nationale du Secours Populaire est venue pour présenter les projets soutenus par l’arrondi sur salaire, ensuite le groupe de travail a présenté plus en détail le dispositif.

Assister à ces réunions n’était pas obligatoire ?

Non surtout pas ! Le choix du volontariat est primordial.

La liberté du salarié est un critère déterminant qui nous a séduit pour opter pour ce projet chacun est libre de son adhésion ou pas. D’autant plus qu’il s’agit en l’occurrence de la paie !

L’arrondi sur salaire est une opportunité que nous offrons à nos salariés, chaque collaborateur reste libre. Autrement dit, “vous Monsieur … si vous souhaitez donner x centimes à la cause de votre choix, nous abonderons pour un montant équivalent”.

On invite les salariés à venir assister aux réunions d’information : ils viennent ou ils ne viennent pas, c’est leur propre choix !

A partir de là nous avons mis en place des documents d’informations, un questions/réponses, du contenu sur notre intranet, nous avons également fait une vidéo qui sera accessible sur l’intranet.

Le don sur salaire, est-il pour vous une occasion de valoriser votre marque employeur ?

Nous ne l’avons pas fait dans ce but…

 

img-la-lfp-avec-le-secours-populaire-1332843434_620_400_crop_articles-155080

 

On l’a fait avant tout pour être utile à la cause du Secours Populaire.

 

On ne la pas fait pour de l’image. Cela fait partie d’un certains nombre d’actions que nous menons dans le cadre de notre responsabilité sociale d’entreprise.

… cela a forcément un impact positif sur votre marque employeur …

Peut-être … Mais ce serait dévaloriser ce projet que de dire que nous l’avons mis en oeuvre pour des questions d’image !

Aujourd’hui je ne vous parle pas en qualité de communicant mais en qualité de membre du comité exécutif .

Travailler avec ce groupe de salariés bénévoles fut un vrai bonheur … il y a une réelle sincérité dans cette démarche. Ce sont des salariés qui se sont dit “Pourquoi pas ? … Ce serait génial si notre entreprise s’engage avec nous … nous dise OUI Quelle bonne idée !!”.

De nos jours les associations caritatives, ont avant tout, besoin de cash et de cash pérenne sur du long terme.

Il faut rappeler l’objectif : mener une action utile… L’idée n’était surtout pas de faire qu’un “one shot” et encore moins une opération d’image.

Je suis d’accord, mais j’insiste, il y a quand même un impact positif sur votre marque employeur

Le premier objectif est avant tout caritatif et solidaire, mais effectivement, l’idée est aussi de rendre nos collaborateurs fiers …

 

0010062037R-849x565

 

Je pense que nos salariés sont heureux de travailler dans une entreprise qui leur offre cette possibilité …

ceci étant, sur ce point, c’est à eux qu’il faut poser la question, ce n’est pas à moi !

 

Avez-vous prévu de communiquer à l’externe sur ce dispositif ?

Nous allons communiquer dessus sans doute à l’externe, mais au même titre que les autres actions que nous menons dans le cadre de notre RSE.

Merci beaucoup Monsieur Gautier et encore bravo à l’ensemble de vos collaborateurs pour cette belle initiative ! (D’autres témoignages d’entreprises sont accessibles sur le site de microDON)

 

160894_300

Avant de conclure restons vigilants : ne pratique pas l’arrondi sur salaire qui veut !

D’une part, pour l’instant ce dispositif ne s’adresse qu’à des entreprises de plus de 500 collaborateurs !

Le nombre de salariés peut être décisif avant de se lancer. Plus il y a de salariés dans l’entreprise, plus la collecte au profit des associations sera intéressante et plus les coûts liés à la mise en place du dispositif (budget et temps) seront amortis ; ce qui est plus difficile pour les TPE.

D’autre part, David Abiker, souligne justement que cela ne fonctionne que …

… dans les entreprises qui marchent, qui ne licencient pas… qui ont une politique de gestion du personnel cohérente …

Une entreprise est comme une personne, si elle donne pour avoir bonne conscience, ça ne marche pas… ce n’est que de la com ! En revanche, si elle fait un don par pur égoïsme, parce que cela lui fait du bien à elle, à ses salariés et à ses patrons…alors nous pouvons parler d’altruisme !”

 

 

Alors êtes-vous convaincus ?

A Emergences RH nous avons hâte que ce dispositif soit accessible aux PME / TPE !!

Et vous qu’en pensez-vous ? Connaissiez-vous déjà ce dispositif ? Seriez-vous partant ?

Marc Guichet

 

Pour aller plus loin :

  • Olivier Cueille – Embarquez vos salariés dans la solidarité au bénéfice de tous ! HR Speack
  • Pierre-Emmanuel Grange – La générosité embarquée TEDxParis 2013

Crédits photo : photo.com

COMMENTAIRES

  1. Mario dit :

    Ça c’est une vraie (p…. d’)idée. Il faut que j’essaye de lancer ça dans ma boîte ! Merci de nous avoir “révélé” cette pratique !

  2. lulu dit :

    Bonjour !
    Petite question, vous dites que microDON a lancé en France le premier dispositif, mais en existe t il d’autres ?
    En effet nous sommes une jeune asso, et nous avons potentiellement une boite, mais pas les 3 ans d’ancienneté demandés.
    merci d’avance !

  3. Dalila MEBARKI dit :

    Bonjour, est ce que l’entreprise bénéficie d’avantage fiscaux à travers ces dons même si ce sont les salariés qui y participent ?
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.