Une marque employeur séduisante …

dans Marque employeur | par

IMG_2415_Fotor

Un rdv business pas comme les autres… Nous étions venus pour négocier une prestation, nous sommes repartis avec l’envie de développer encore plus notre partenariat, pourquoi ? Parce que dans cette boite , la marque employeur fait mouche ! il fait bon travailler et le management se veut ludique et challenging !

Mon premier est un lieu ouvert et connecté …

Marc est en retard, je dois donc entamer les négociations toute seule. Je sonne, la porte s’ouvre, et là, mes talons restent cloués au sol, je suis éblouie par un open-space immaculé avec d’immenses fenêtres. Mais où suis-je ? Chez un éditeur de tests d’évaluation. Sur le papier, pas très sexy comme job : des statistiques, des probabilités, des projections et des hypothèses… Et pourtant, je suis d’emblée charmée par l’ambiance conviviale qui règne dans cet espace ouvert : une brochette de jeunes collaborateurs, en jeans et tee-shirt, les uns pianotant, les autres en pleine conversation téléphonique.

photo5_Fotor

 

Out le rdv d’affaires autour d’une table ronde ! Nous nous retrouvons, non pas dans un bureau fermé, mais au centre névralgique de l’entreprise : une cuisine ouverte, lieu de passage et de détente. Je suis tout de suite intégrée et submergée par cette atmosphère à la fois paisible et hyper « tendance ». Collation, boissons fraiches, café, et, après présentation du lieu, nous débutons notre séance de travail. Marc arrive et, à son regard je sais qu’il éprouve la même envie : je veux avoir les mêmes bureaux !

Mon deuxième est un challenge interne un peu bizarre …

En pleine séance de travail, nos oreilles et nos regards sont attirés par une jeune femme au téléphone qui tente de présenter son produit à ce qui semble être un prospect. Tout à coup, un cercle se forme autour d’elle, et des collègues viennent parasiter son entretien. L’un lui chatouille l’oreille, l’autre, muni d’un gant de boxe, la coiffe et une autre, immortalise l’instant par une photo…La jeune femme s’accroche, déroule son argumentaire, respire profondément et, au bout de 5 longues minutes, elle raccroche avec un grand ouf ! Tout le monde l’applaudit ? Bizarre… Marc et moi nous nous regardons. Où sommes-nous tombés ? Les locaux sont sexy ok…mais, l’équipe à l’air un peu « déjantée ».

Capture d’écran 2013-10-20 à 16.45.05

 

Mon troisième une envie d’en savoir plus sur cette marque employeur …

Plongée dans ce jardin d’adulescents je n’en peux plus et sort du cadre de notre rdv. « Soyez sincère David* (le dirigeant de ces gais lurons) est-ce tous les jours c’est comme ça ? Est-ce une nouvelle méthode de vente ? J’ai compris ! Ce doit-être une formation interne ? Ou mieux, un test de recrutement ? :

Ce qui vient de se produire, là tout de suite, On le doit à Clément, l’un de nos consultants, arrivé il y a tout juste quelques mois. Lorsque Alexandre, notre directeur commercial, a sollicité son équipe afin de recueillir de nouvelles idées pour booster le Business, Clément a poposé de mettre en place des “Contests Commerciaux”. Le principe est simple : Une fois par mois, tout le monde se met à prospecter sur un mode “guerrier”. Armés de leurs listes de comptes, nos consultant(e)s ont 5 heures pour faire tomber du résultat : récupération d’infos, déchiffrage des organigrammes, identification des décideurs, récupération de coordonnées directes (mail, téléphone), envoi d’infos produits, de plaquettes, programmation de RDV ou encore réalisation de démos en ligne… Chaque résultat, même le plus insignifiant (comme la récupération d’une adresse email), donne droit à un certains nombre de points. A la fin, nous faisons les comptes et le/la meilleur(e) remporte la partie… et la récompense qui va avec ! Bien évidemment ça existe déjà dans de nombreuses entreprises, du coup on a aussi instauré quelques règles pour pimenter le tout…

Par exemple, à chaque contest commercial est associé un thème (l’été, le sport, les fleurs, une série…) qui commande la façon dont les consultant(e)s viennent déguisé(e)s pour la journée !

Ensuite, il y a les “Appels sous Pression” (ce qui vient de se passer !). Lorsqu’un consultant déclenche son “Appel sous Pression”, tout les autres doivent stopper net ce qu’ils font… et coller au courageux une pression maximale durant toute la durée de son appel. Si l’appel est concluant, les points obtenus lors de cet appel sont multipliés par 5 ! Comme tout ça se passe dans une atmosphère “déjantée”, on assiste parfois à des scènes mémorables…”

580263_10151741954425358_1450098341_n

Et ça marche ?

“Et comment… Pendant ces journées, la performance des consultants EXPLOSE littéralement !! Pour certains, elle va même jusqu’à être 5 fois plus importante que lors des journées habituelles… Et pourtant croyez-moi, ils sont loin de chômer. Vous imaginez ? L’équivalent d’une semaine de prospection en UNE SEULE journée ??!? C’est du jamais vu !!”

Il y a bien des fois où la pression est trop forte et où vos collaborateurs ont un coup de mou ?

“Bien évidemment, personne ne peut tenir ce rythme sur la durée… C’est un peu comme dans le sport. Il y a l’entraînement, chaque jour, et puis il y a les compétitions. Ces contests commerciaux, ce sont typiquement les gros moments de compet’ dans la boite. Une occasion de faire décoller le business encore plus, bien évidemment, mais également le moment pour certains de se révéler, de délivrer une performance exceptionnelle et ainsi d’être mis à l’honneur au sein de la boite ! Mais, une chose est sûre, personne n’a l’impression d’être “sous pression”. Nous cultivons un environnement inspirant et dynamisant… mais certainement pas un environnement où les uns et les autres se sentent poussés à bout. D’ailleurs, si je peux me permettre un conseil, rien n’est plus efficace que de recruter des collaborateurs exigeants avec eux-mêmes et drivés par l’envie de bien faire. Si vous les sélectionnez sur ce type d’aptitudes (en plus des autres compétences nécessaires), je peux vous assurer que vous n’aurez jamais à leur coller la pression pour qu’ils y parviennent et se maintiennent au top !”

Vous avez d’autres exemples de pratiques qui vous permettent de conjuguer convivialité et performance ?

“Des exemples ? Je pourrais vous en citer des tonnes ! Il y a les workshops animés en interne par les membres de la boite. Chaque mois, ceux qui le souhaitent peuvent animer un atelier d’une à trois heures pendant lequel ils transmettent quelque chose qui leur tient à cœur au reste de l’équipe. Cela peut être des techniques de communication pour vendre mieux, des façons d’animer des présentations en public, des moyens de sélectionner des valeurs personnelles qui nous portent… Il y a aussi les sessions wakeboard où l’on emmène toute l’équipe s’éclater avant de finir autour d’un barbecue ou encore les grosses soirées que nous passons ensemble chaque semaine ou presque… Ca n’a l’air de rien, mais ces bons moments partagés nous permettent de nous connaître toujours plus, de resserrer encore davantage les liens qui nous unissent les uns aux autres. Et au final, une fois sur le terrain, cela se ressent ! Chez nous, vous ne verrez jamais un membre de l’équipe laisser un autre dans l’embarras. Si une personne rencontre une difficulté, vous en aurez toujours 4 ou 5 qui accourront ventre à terre pour lui prêter main forte. Et ça, c’est sans doute la chose la plus belle que nous ayons réussi à installer au sein d’AssessFirst. A côté de ça, nous faisons également en sorte de cultiver l’esprit d’initiative de chacun. Les gens n’ont pas seulement le droit à l’erreur… nous les encourageons concrètement à prendre en main de gros projets, à se lancer, à tenter des choses… quitte à ce qu’ils se plantent. Et là aussi ça marche ! D’ailleurs, nous nous apprêtons sans doute à signer le plus gros contrat de l’histoire de la boite et ça, c’est parti de l’initiative un peu folle de l’une de nos consultantes (un peu folle elle aussi je vous l’accorde… ^^) !”

Dites-nous la vérité, cela ne marche pas avec tous vos collaborateurs ? Vous avez bien eu des départs volontaires ?

“Les seuls départs volontaires auxquels nous avons été confrontés, ce sont les départs de personnes qui avaient envie d’impulser une nouvelle orientation à leur existence. Il y a eu cette consultante qui a suivi son amoureux en Corse ou encore l’un de nos collaborateurs qui souhaitait explorer de nouveaux horizons. Nous ne considérons pas ce type de départ comme des échecs. C’est juste l’évolution normale des choses. Bien évidemment, vous recrutez, formez, managez, cultivez et développez des talents, ce n’est pas pour les voir partir au bout d’un ou deux ans… Mais que voulez-vous faire ? Les attacher à leur siège de bureau et leur interdire de vivre la vie à laquelle ils aspirent ? Nous sommes bien trop attachés aux notions de liberté, d’épanouissement et de réalisation personnels pour ne pas les comprendre…”

Jouons carte sur table, depuis votre création vous avez recruté combien de personnes ? Combien sont toujours chez vous ?

“Si l’on compte les stagiaires, nous avons en effet vu du monde passer. Mais ça c’est le lot de toutes les structures… surtout au début. En revanche, tous les membres actuels de l’équipe ont été sélectionnés sur la base de leurs aptitudes, de leurs motivations profondes et de leur personnalité… Du coup, les chances sont minces de les voir se planter dans leur job ou même de voir leur motivation se faner. Il n’y a qu’un recrutement que nous ayons planté, c’est celui d’une personne à la technique. Les profils sont tellement rares qu’à l’époque, nous avons cédé à la tentation de sauter sur un profil dont nous n’étions pas “complètement convaincus”. Du coup, ce qui devait se produire s’est produit. Mais ceci nous a réellement servi de leçon. Depuis, nous nous sommes jurés de ne plus jamais recruter un candidat dont la personnalité ou les motivations seraient trop en décalage avec ce que nous savons être les déterminants de la réussite “chez nous”.

Concrètement, aujourd’hui si je vous demande : quelles actions vous faites pour valoriser votre marque employeur qu’est-ce que vous me répondez ?

“Concrètement, nous n’avons pas de “plan précis” en la matière. Nous nous contentons d’essayer de faire les “bonnes choses” et de les “faire bien”. Offrir un cadre de travail sympa à l’équipe, communiquer de façon transparente, cultiver une atmosphère dans laquelle il fait bon vivre et qui donne envie de se dépasser au quotidien. Je pense que tout doit partir de là. Il ne faut pas confondre le début et la fin. Je n’ai pas envie de faire les choses parce que cela va avoir un impact sur notre “image employeur”. Je préfère faire en sorte que tous se sentent bien et que cela débouche sur une perception positive de l’entreprise. D’ailleurs, quand les choses se passent bien, les collaborateurs mais aussi les clients sont les premiers ambassadeurs de la marque… Et puis, vous imaginez que nous en fassions des tonnes en com externe pour au final faire vivre à nos équipes le quart de la moitié de ce que l’on annonce ?”

Mon tout fut un rdv de deux heures où Marc et moi, charmés et inspirés par les lieux, l’ambiance conviviale et par l’énergie collective, n’avons pas hésité un instant à accepter l’offre qui nous était proposée. Plus que de simples clients, nous étions fiers d’être les Partenaires d’un tel employeur !

Et vous… est-ce que cela vous ai déjà arrivé ? Lors de l’achat d’un produit ou une prestation, avez vous été influencé par la qualité d’employeur de votre prestataire ou de votre fournisseur ?

DBDavid BERNARD

Psychologue du travail diplômé de l’Université Paris 5 – René Descartes, David BERNARD aura patienté 30 jours seulement après l’obtention de son Grade de Master en psychologie pour lancer AssessFirst. Après avoir successivement occupé les fonctions de Directeur Produits puis de Directeur Commercial, il pilote aujourd’hui le département Marketing & Communication d’AssessFirst. Il est notamment en charge du Branding d’AssessFirst et de la qualité de l’Expérience Utilisateur. David BERNARD est également un auteur et un conférencier reconnu. Il intervient notamment auprès de plus d’une vingtaine de Business Schools et d’Universités (cursus classiques et M.B.A.) dont HEC, IESEG, ISG, EM Strasbourg, Son dernier livre (“18 façons de décrocher Ce job”) a connu un succès considérable.

 

Sa société :www.assessfirst.com

Son blog perso : www.david-bernard.com

(crédits photos : Assessfirst)

COMMENTAIRES

  1. Simon BARON dit :

    Je reconnais bien là le bureau où je prends plaisir à venir chaque matin donner le meilleur de moi-même!

    Il n’y pas de magie derrière cette façon de travailler, mais de la science humaine : Comme l’a très bien dit David, on ne motive pas les gens, c’est leur intérêt pour la mission qu’ils ont à accomplir chaque jour qui doit les porter (= théorie de l’auto-détermination de Decy & Ryan).

    Cette synergie est notre coeur de métier : je travaille au développement de nos solutions pour porter ce résultat chez chacun de nos clients.

    Les résultats en interne (et les retours clients) me confortent dans l’idée que les solutions AssessFirst peuvent avoir un impact clé sur la satisfaction, l’engagement & la performance des personnes…quand ils sont utilisés par des professionnels qui poursuivent ces objectifs. Et je suis ravi, Caroline & Marc, de pouvoir vous compter parmi ces derniers.

    Simon

  2. Laurence dit :

    Que c’est bon de rencontrer des dirigeants qui savent allier ressources humaines et performances.

  3. Thierry dit :

    Félicitations pour la qualité de l’article et sa restitution managériale et emotionnelle de l’Equipe ASSESSFIRST et de sa jeune culture…
    En qualité de client, j’ai aussi bcp apprécié la collaboration avec eux…
    Pros & déjantés quelle belle recette R.H.!
    Bons succès!
    Thierry “Eveilleur de Talents!”

  4. Pierre dit :

    Merci Caroline!

    Curieux comme l’autodétermination de Deci&Ryan me rappelle mes lectures philosophiques sur l’éthique.

    L’alignement éthique individuelle-valeurs collectives semble opérationnel chez ASSESSFIRST, l’erreur est un levier cognitif de progrès et non un cliquet, et la passion supplante la planification…

    J’aimerais bien connaître la vision de la personne qui s’occupe du contrôle de gestion, ne serait-ce que pour comparer les coûts d’organisation maison avec une organisation à l’ancienne, bien pyramidale…

    A bientôt,
    PIERRE

  5. L’homo sapiens est naturellement bon, altruiste et utilise dès les 1ers mois de sa vie ses capacités d’empathie (qu’il va fiabiliser et compléter jusqu’à maturation totale de ses territoires préfrontaux) : voilà ce que les neurosciences et sciences cognitives nous confirment (Matthieu Ricard, notre boudhiste national en fait un super résumé dans son dernier bouquin “Plaidoyer pour l’altruisme”). Ce tempérament profond se complète par la formation du caractère (et là, le vécu, les apprentissages, la culture vont ajouter des “couches” à tout ça). Les gens d’ASSESSFIRST ont bien compris qu’en misant sur les dimensions du tempérament de quelqu”un on a des “motivations inoxydables”… C’est ça le talent !
    L’émulation c’est naturel et puissant, la compétition c’est stressant et épuisant. La confiance c’est sans limite, souple et puissant, le contrôle c’est limité, rigide et sclérosant. Que du bon sens quoi !
    Je suis les avancées de ces “balaises” depuis plus de 3 ans, sans avoir beaucoup eu l’opportunité d’utiliser leurs outils, mais “ils ne perdent rien pour attendre”.
    Leur vision des commerciaux est la plus juste de tout ce que j’ai pu voir en 20 ans de pratique terrain et de recherche… Pas étonnant qu’ils cartonnent dans le domaine… et avec le sourire, même dans les affres de ce sport mental de haut niveau qu’est la prospection…
    Salut à toute l’équipe !

  6. Julien dit :

    Connaissant bien la fine équipe d’AssessFirst, je les retrouve parfaitement dans votre article. Félicitations Marc & Caroline! Très beau partage!

  7. Dalila dit :

    Bravo Caroline et Marc pour votre article de qualité, votre interview m’a fait voyager !
    Bravo à la Direction d’AssessFirst, c’est un bel exemple de réussite que ce soit en terme de cohésion d’équipe, de partage de bonnes pratiques ou encore de bien être au travail….
    Merci !

  8. DUCHÊNE dit :

    Merci pour l’intérêt porté à notre quotidien.
    Se sentir en confiance c’est primordial pour faire au mieux son travail en suivant son naturel.
    AssessFirst nous l’apporte en laissant une grande place aux idées et initiatives de chacun.
    Ces initiatives sont souvent spontanées mais doivent être présentées de manière réfléchit pour faire réellement avancer notre projet.
    Dans ce cadre, cette confiance nous apporte une crédibilité auprès des membres de l’équipe.
    C’est en toute logique que nous retrouvons nos amis la “confiance” & “crédibilité” lorsque nous sommes avec nos clients. Sûrement une explication de notre performance.
    So far so Good chez AssessFirst.

    • Marc Guichet dit :

      Merci, les propos de Caroline reflètent parfaitement mon agréable surprise quand j’ai pénétré dans votre univers…Et effectivement tout cela transpirait de confiance, de convivialité et donc de crédibilité !

  9. elise guyot dit :

    Merci pour cet escapade,
    Un employeur ne peut pas tricher avec sa Marque, toutes les campagnes de communication du monde ne remplaceront jamais le plaisir des employés!
    Votre article m’a rappelé celui du mois d’août “oui, nous pouvons travailler avec plaisir”: Voilà un employeur qui nous fait véritablement oublier l’étymologie du mot travail!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.