Sans emploi ou sans client, même pas peur !

dans Recherche d'emploi, Emergences RH, Plaisir au travail, Témoignage | par

 

Quoi ? Quel est le sujet ? De quoi parle-t’on ? Vous rigolez ! Oui je suis sans emploi et au chômage ou Oui mon chiffre d’affaires dégringole et Oui j’ai peur et Oui je m’en serais bien passé(e) et Non ce n’est pas une bonne nouvelle !

 

Détrompez-vous je viens d’en faire l’expérience ou plutôt je devrais dire j’en fais l’expérience et vous savez quoi : il était temps !

Avant de rentrer dans le vif du sujet et de vous détailler mon propos, quelques précisions :

 

caroline-guichet-conférence

 

Qui suis-je ? Passionnée et engagée, l’entreprenariat me comble

Je m’appelle Caroline et suis consultante. J’aide les entreprises à évaluer et à détecter de nouveaux talents et j’accompagne des cadres dans la gestion de leur carrière.

Après 15 ans d’activité salariée, en 2013 je rejoins le cabinet de conseil Emergences RH crée par Marc mon mari. Ce nouveau statut d’entrepreneur est exaltant. Je ne compte pas mes heures, j’imagine de nouveaux process, j’expérimente de nouvelles manières de travailler, je mets en œuvre, je réajuste, je partage avec mes confrères, j’écris de nombreux articles et interviens dans de multiples conférences et séminaires et petit à petit le succès couronne mes efforts.

 

Le contexte : au bureau et à la maison tout était au beau fixe

En 6 ans notre CA est triplé, les commandes affluent de toutes parts, nous recrutons, nous achetons nos bureaux, nous gagnons en efficacité et délivrons de plus en plus de prestations de recrutement et de formation.

Le bilan de l’année 2019 est de loin le plus performant depuis 2001 (date à laquelle le cabinet fut créé). Trésorerie, résultats, carnet de commandes… tous les compteurs sont au vert.

En parallèle à titre personnel nous signons l’achat d’une magnifique maison. Dans la foulée nous démarrons des travaux importants avec en tête de pouvoir en fin de carrière y installer nos bureaux.

 

Mars 2020 crise sanitaire : on gère, pas de souci

Très vite dès le 15 mars nous réagissons et anticipons : chômage partiel pour nos collaboratrices, on stoppe certaines dépenses, on suspend certains prélèvements, nous contactons nos clients. La plupart nous demandent de mettre en « stand by » nos missions. Quelques-uns au contraire nous sollicitent pour de nouveaux besoins. Pas de panique à bord, notre trésorerie est rassurante.

OK me suivez-vous toujours ?

 

L’été se déroule sous un climat splendide, je profite de mes enfants, je cuisine, je médite, je jardine, je bouquine, bref je suis assez sereine et confiante voir même disons-le “détachée”. Nous ne sommes pas à plaindre.

 

…Oui effectivement nous venons de contracter un gros crédit, …. oui c’est vrai nos collègues sont au chômage mais bon cela ne change rien pour elles, nous leur versons leurs salaires dans leur intégralité et puis la reprise va revenir, nos clients ont besoin de nous, tout va bien, tout va bien. « Allez Caroline va plutôt arroser ton potager, respire et profite de l’instant présent… »

 

Septembre : toujours pas de reprise, nous clôturons les missions que nous avions et rien ne se passe. Pas d’appel entrant, nos collègues toujours à l’arrêt et nous aussi (sauf que notre statut d’associés nous donne droit à rien, pas de chômage partiel pour compenser le manque à gagner).

 

recherche-emploi

 

Le moment où tout bascule : j’ai peur

Septembre la décision est prise nous devons nous séparer d’une de nos collaboratrices. Je ne l’avais pas anticipé. Cette décision a été une douche froide, comme une claque donnée par la réalité pour me signifier « Eh Oh je suis là, reviens sur terre Caroline ! »

A ce moment-là, la raison s’efface et laisse place au stress. Je perds mon équilibre, et mets un genoux à terre. Ce n’est pas vrai, pas nous, pas moi, pourquoi ? Comment ai-je pu perdre tant de temps ? Pourquoi n’ai-je pas réagi plus tôt…et la maison ? et nos collègues ? et nos crédits ? Bref j’ai la trouille…

Je saute dans le vide et j’ouvre les yeux ! J’affronte enfin le réel et embrasse l’incertitude. Allez savoir pourquoi le vide alors se transforme en un nouveau terrain de possibles. Je ne sais pas si vous me comprenez. Je ne sais pas comment, ni pourquoi, mais cette perte d’équilibre m’a permis de voir les choses sous un nouveau jour et ainsi d’identifier de nouvelles ressources et de nouveaux leviers.

 

En quelques semaines, nous prenons la décision de déménager officiellement le siège de notre entreprise à notre domicile (bonne nouvelle nous avons 80m2 aménageables), je contacte des personnes de mon réseau pour échanger sur nos situations respectives, j’étudie mon marché, je relance mes clients (toujours rien), je prends le temps de me poser et, rapidement, je comprends, d’une part que je ne suis pas seule, et d’autre part que je vais avoir besoin d’aide.

 

La peur est toujours présente, je l’accepte car elle est là et c’est normal. Mais au lieu de m’aveugler, elle m’ouvre les yeux et éclaire mon chemin. « La peur » est devenue « ma peur » et dans le même temps j’en ai fait « ma partenaire ».

Je dois revoir notre positionnement, identifier une nouvelle offre de services et en assurer la promotion auprès de nos cibles. Comme par hasard, dans le même espace-temps, on arrive à louer nos bureaux. Comme quoi, tout est une question de dynamique, d’énergie, mes enfants parlerai du “bon mood” !

Je constate également que de nombreuses personnes se lancent dans de nouveaux projets, changent de métier, déménagent, se forment, ou encore font un bilan avec leur n+1…

 

Enfin, contre toute attente, je m’aperçois que, certes la pression économique pointe son nez mais en échange je ressens de l’excitation, de l’envie et une nouvelle énergie. Comme quoi, finalement, même si je gagnais trés largement ma vie je n’étais pas pour autant, dans une situation confortable. Je m’explique. La lassitude était à mes côtés et je ne le savais pas. Délivrer les mêmes prestations, mettre en oeuvre les mêmes process, utiliser les mêmes outils. Pourtant des signaux étaient bien présents. Les lundis matins pouvaient être difficiles, il m’arrivait de regarder ma montre, je ne doutais plus de la qualité de mes interventions et je ne ressentais plus le besoin de me former. Mes clients étaient satisfaits, les commandes s’enchainaient alors pourquoi me questionner ?

 

 

A présent j’ai de l’allant. Je suis portée par une nouvelle énergie. Je ne suis plus dans l’effort mais réellement dans un mouvement créatif qui décuple mes capacités d’apprentissages. J’apprend, je test et j’accomplis. Donc “oui”, grâce à cette crise sanitaire que j’ai pu retrouver ma zone de confort et non pas l’inverse, comment pourrions-nous le croire. Allez comprendre ?!

 

Quand on reprend contact avec le réel, quand on vit une situation difficile (au sens d’en faire réellement l’expérience) on la traverse, on la transcende et en ouvrant « la porte du négatif » comme le dit si bien Fabrice Midal, tout peut arriver !

 

La peur est toujours là mais c’est à présent un moteur qui galvanise mon énergie et décuple ma force. A contrario je constate que quand on se dit zen et serein, quand on affiche un lâcher prise on s’éloigne de la réalité. Certes nous n’avons pas peur mais pour autant sommes-nous prêts à réagir et à trouver les ressources pour nous adapter une fois que l’évidence aura frappé à notre porte ? J’en doute.

 

Apres la crise un nouveau projet

 

A présent Comme Thor J’ai un plan. Même pas peur !

 

En quelques semaines j’ai réussi à mettre en place une nouvelle stratégie, à mobiliser les ressources nécessaires, y compris mon énergie, et surtout à faire naitre en moi la certitude que cette crise va être salvatrice ! Je ne sais pas comment concrètement. Je ne sais pas où mais on va y arriver… Comprenez-moi bien, je ne parle pas ici d’espoir, mais réellement de conviction profonde : quelque chose de mieux et de plus grand va émerger, j’en suis certaine.

 

Ah, voilà bien longtemps que je n’avais pas pris la parole pour partager et échanger avec vous !

Cela fait du bien. Comme quoi, partager sur les réseaux sociaux ou au travers d’un blog est, selon moi, un signe de bonne santé. J’ai hâte de lire vos commentaires et témoignages. Parlez-moi de vos expériences ? Comment traversez-vous ces périodes difficiles ?

 

PS : Si vous avez besoin de conseils dans la gestion de votre carrière ou dans la gestion de vos collaborateurs, n’hésitez pas à nous solliciter. « Chasseurs de Trésors » nous sommes et nous adorons détecter de nouveaux talents ou vous faire découvrir les vôtres. A très vite !

COMMENTAIRES

  1. Chloe dit :

    Bonjour Mme Guichet,
    J’avais eu l’occasion il y a quelques années de vous rencontrer et d’échanger sur mon profil pour un poste que vous cherchiez à combler. Je n’avais pas été retenue mais j’avais déjà grandement apprécié cette rencontre.

    Aujourd’hui à vous lire je ne peux qu’être admirative de votre détermination et de votre enthousiasme; c’est avec cet état d’esprit, en effet, que l’on peut réellement avancer. BRAVO, Continuez en ce sens et le “bon mood” paiera très certainement, je me demande même s’il ne paye pas déjà.

    De mon côté j’ai également profité de cette année dont je tire beaucoup plus de positif que de négatif; se ressourcer, retrouver le temps d’être inspirée et chercher une paix intérieure. Ce temps après lequel on a longtemps courru nous a été offert par cette crise. Oui il y a des gens en grande difficulté et la solidarité nous pousse à les aider mais comme vous le dite très bien, la solution est peut-être aussi de voir les choses autrement.

    On cultive ce que l’on sème.

    Bonne Continuation.

    • Bonjour et merci pour ce témoignage à chaud !
      Je suis, nous sommes, encore en plein chantier et après nous avoir formé il faut à présent “marketer” nos nouveaux services. Vous l’avez compris cela bouillonne et partager fait partie du chemin à parcourir pour pleinement assumer ce qui s’annonce et s’offre à nous.
      Alors oui, comme un agriculteur je sème et je laboure mon terrain et gère mon impatience à enfin récolter le fruit de tout ce travail ! Au plaisir d’échanger Chloé

  2. Français dit :

    Bonjour,

    Merci pour ce témoignage transparent, et surtout à l’heure des Instagram et autres Facebook, qui veulent nus faire croire que tout est beau et tout est rose.
    Il faut du courage pour se mettre à nue, mais cela témoigne également d’un cap dépassé, qui permet de se mettre dans l’action.

    Je viens moi même de franchir le pas et je viens de changer de travail en plein Covid tout en étant basé à l’étranger. Beaucoup m’ont pris pour un fou surtout que je bénéficiais d’une situation plus que confortable. Le coeur n’y était plus et le changement de management a eu un effet très peu salutaire.
    Un peu de mal à se recaler dans la dimension d’une start-up venant de 2 postes chez des géants du E-commerce. Bref nous verrons où cela nous mènera, mais j’ai eu du temps pour préparer un plan B de repli, et suis très heureux et libéré d’avoir franchi le pas.
    Les équipes on pleinement compris mon attachement à certains principes que je n’étais pas prêt à bafouer à nom de quelconques règles de management dont seule la direction générale semble avoir le compréhension.

    J’espère que cela puisse en inspirer d’autres, seule l’action ouvre des portes nouvelles et nous empêchent de nous enfermer dans cube sans ouvertures visibles.
    Cordialement,

    Carlos Français
    Ex-Alibaba Lazada Thaiande

    • Bonjour Carlos, je crois bien que nous avions été en contact par le passé. Il s’agissait il me semble d’une opportunité dans la logistique. Je suis ravie d’avoir de vos nouvelles.
      C’est tout à fait cela, vous l’exprimez trés bien. “Agir, franchir le pas”, nous libère. Comme si cela nous permet de mieux respirer. Peut être ce n’est pas la bonne direction à prendre mais pour autant c’est un apprentissage qui nous fait grandir. Nous montons en compétence en nous confrontant à une situation qui nous satisfait pas et en agissant en conséquence.
      Dans tous les cas c’est du positif ! Nous apprenons à n’être sûrs de rien et à toujours envisager un plan B “on ne sait jamais”…
      Merci à vous pour ce partage d’expérience. Je vous souhaite le meilleur pour cette nouvelle aventure !

  3. Lebreton dit :

    Mesdames, Messieurs,
    En premier lieu vu les conditions actuelles je vous souhaite sincèrement une bonne santé.
    En ce qui concerne EMERGENCES RH, je suis ce que je suis : handicapé pas assez pour être vraiment aidé, incompétent (bac+5), moche.
    Voici les conclustions de l’AFPA CORTOREP CAP EMPLOI et autres.

    Au revoir

  4. Merci pour cette déclaration, pour votre franchise et cette démonstration de courage. Ne pas lâcher prise, toujours aller de l’avant, se réinventer, être créatif et en même prendre conscience (même si c’est dur) que le monde change… Vos mots résonnent car comme moi aussi je prends l’eau mais en essayant de consolider mon bateau. Je vous souhaite des jours meilleurs et ne jamais oublier together we are stronger!
    Prenez soin de vous et belle nouvelle vie à Émergences RH.

    Isabelle x

  5. chéné dit :

    Mesdames, Messieurs Bonjour,

    LE SAVOIR ETRE = Homme de solutions techniques et négociateur dans l’âme, organisé diplomate j’ai à cœur de construire et pérenniser les relations commerciales, tant côtés clientèles, fournisseurs, avec l’objectif de participer activement corporate à la croissance et au rayonnement reconnu de votre entreprise.
    LE SAVOIR FAIRE = Prospecter, détection, analyser les besoins, suggérer, proposer, déterminer, calculer, rédaction, relancer, fidéliser, reporting = commandes… tel est mon cursus, mon ADN mon expérience sur le terrain, itinérant sur Nice et sa région PACA.
    LE FAIRE SAVOIR = informer, communiquer, partager, proposer à notre clientèle son besoin, une solution technique, constructif et volontaire, je suis un technico doté d’une solide expérience en BtoB je possède un véritable savoir-faire technique appuyé par des compétences relationnelle et une aisance à gérer des projets d’envergures. Mon calme, mon expertise et mon professionnalisme sont mes atouts pour atteindre les objectifs.
    Je reste à votre écoute, disposition, et vous prie d’agréer l’expression de mes sincères salutations, – didchene@gmx.fr  –  linkedin.com/in/didier-chéné-4139595b  – Didier 06.86.00.78.78.

  6. BEAUVALET dit :

    Bonjour Caroline, Bonjour Marc
    4 ans que j’ai créé ma société de management de transition (top et middle management), et je ne peux qu’être d’accord avec vous. Même si ce n’est pas pas mon émotion “lame de fond”, la peur est un moteur : elle vous pousse à créer, à prendre des initiatives, à prospecter, à ouvrir des portes qui donnent sur d’autres portes faîtes de rencontres, de partage, de nouvelles solutions… Maintenant, l’équilibre est aussi salvateur et si un peu de sérénité pouvait s’immiscer dans les prochaines semaines … comment dire … je prends aussi ! 🙂

  7. SOPHIE EMERIAU dit :

    Quelle belle énergie ! La crise sanitaire est très révélatrice, j’observe d’un coté des personnes tétanisées par l’inconnu, essayant de consolider ce qu’était l’avant et de l’autre des personnes qui font rapidement table rase du passé et recherche obstinément de nouvelles opportunités. Je ne juge aucune des 2 réactions, mon expérience m’a toujours démontré que la diversité d’angles enrichissait les solutions. Cela m’a juste permis de clarifier mes propres motivations et certaines valeurs . J’ose maintenant revendiquer être un “Bisounours” et une “Empêcheuse de tourner en rond”
    Je vous souhaite le meilleur dans votre nouvelle stratégie et que vous retrouviez votre équipe au grand complet rapidement.

  8. Christophe dit :

    Bonjour Caroline,
    Un billet bien intéressant, avec une énergie et une honnêteté qui fait du bien à lire, sans les faux semblants habituels.
    La peur peut en effet chez certain se transformer en un véritable moteur, ce qui semble être le cas de votre couple entrepreneur.
    Alors Bravo et dans l’attente de voir ces nouvelles activités émerger.
    Une belle année 2021 a tous.
    Christophe Blanchard

  9. Ameziani dit :

    Bonjour Caroline, Marc,
    Connaissant votre professionnalisme, (on a eu l’occasion d’échanger pour un recrutement qui malheureusement n’a pas abouti), je suis certain que l’expérience se traduira en “destruction créatrice”.
    Vous souhaitant une meilleure année 2021!

    Redha A

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.