Salariés entrepreneurs, la Franchise vous tend les bras !

dans Recherche d'emploi | par

 

0010160715B-849x565

Vous avez ce que l’on nomme des compétences entrepreneuriales. Votre job actuel vous nourrit mais vous n’avez plus la flamme. Vous êtes reconnu pour votre créativité, votre énergie, votre capacité à “embarquer” vos interlocuteurs, votre aptitude à trouver des solutions, à anticiper le coup d’après, votre envie d’avancer, d’entreprendre, de concevoir ou encore d’innover… Mais en interne, rien ne vient, pas de changement, pas de nouveau projet à piloter ; au contraire, vous avez l’impression de rester sur le quai à attendre… attendre… Alors que faire ?

D’intrapreneur à entrepreneur il n’y a qu’une seule lettre qui change !!! Alors lancez-vous !

Pré-requis indispensable : votre profil Entrepreneurial !

Avant de rentrer dans le vif du sujet, précisons tout d’abord ce que l’on nomme des compétences entrepreneuriales. Elles font partie de la famille des soft skills. Nous avons d’un côté les connaissances et les savoirs faire techniques ce sont les hard skills et nous avons de l’autre côté… le savoir être, les talents personnels, l’intelligence des relations, l’état d’esprit, la posture… Bref, tout ce qui fait la différence !

C’est un sujet en qualité de coach et de recruteur qui ne cesse de me passionner. (Artisan, je m’efforce encore et toujours d’identifier, de mesurer, de valoriser mais aussi de faire grandir ces talents chez les professionnels que j’accompagne).

Pour ceux qui veulent en savoir plus je vous renvoie vers les précédents articles sur le sujet écrits par Caroline Guichet (co-auteur de ce blog et passionnée par les richesses humaines)

“OK Marc nous t’avons bien compris mais où souhaites-tu en venir ?”

Oui Oui !! J’y arrive, mais pas trop vite… cette tribune est la mienne ! Alors permettez moi de planter le décor comme je l’entends !

Où en étais-je déjà ?

Ah oui ! Je m’adresse à tous ces salariés qui, investis à 200 %, commencent à se questionner sur leur devenir professionnel : Pourquoi je me lève le matin ? Suis-je reconnu à ma juste valeur ? Comment faire pour être acteur de mon propre développement professionnel mais aussi personnel ? Pourquoi me tuer à la tâche pour un groupe d’actionnaires ?

 

concept-franchise-promocash-commerce-050312

Et pourquoi pas la franchise ?

Jusqu’à peu, je n’étais pas un expert en la matière, mais voilà qu’un client me questionne :

  • “Marc on apprécie de travailler avec vous pour nos postes de cadres, mais pouvez-vous nous aider à recruter nos futurs franchisés ?”
  • “Heu… je suppose qu’il y a des confrères qui sont spécialisés dans ce domaine … pourquoi vous adresser à moi ?”
  • “Parce que justement nous ciblons des professionnels, qui peut être n’ont pas encore envisagé cette possibilité. Vous rencontrez de nombreux managers, que vous accompagnez et, pour certains d’entres eux, la Franchise peut être une excellente alternative pour voler de leurs propres ailes et se réaliser pleinement ? Qu’en dites-vous ?”
  • “Ecoutez… vous me connaissez, je suis un homme de challenge alors je vous dis ok !! Je suis de la partie !!”

Et me voilà, depuis 6 mois, surpris de voir combien effectivement, je rencontre des salariés intéressés par ce dispositif !

Pourquoi ? Sans doute pour les raisons que j’ai énoncées ci-dessus, mais aussi pour anticiper l’avenir … on ne se lance pas dans une telle aventure dans les dix dernières années de sa carrière. Il faut du temps pour capitaliser un patrimoine et percevoir les premiers retours sur investissements. Aussi, si l’on sait qu’un jour ou l’autre on se lancera, mieux vaut ne pas trop tarder… 35/45 ans me parait être la fourchette d’âge idéal.

 

images

Un recrutement ouvert

Souvent la franchise permet de donner sa chance à des profils “atypiques”, c’est à dire des profils non linéaires, des parcours dans des secteurs et des métiers différents, qui, mis bout à bout, constituent un socle de compétences et d’expériences que certaines entreprises ne comprennent pas ou ne valorisent pas.

La location gérance, une étape qui rassure et sécurise à la fois

Encore une information avant de vous laisser réfléchir à tout cela …

Pour être concret, je souhaite vous parler de mon client : Promocash du groupe carrefour, enseigne nationale de cash and carry au service des professionnels de la restauration.

Promocash propose un dispositif alternatif de location gérance, étape préliminaire avant de franchir le cap de la franchise pure et dure. Je trouve ce dispositif intéressant et gagnant pour les deux parties…

Concrètement cela se déroule de la manière suivante :

Pour devenir locataire-gérant, il suffit de réunir les 8 000 euros nécessaires à la création d’une société (SARL). Pendant trois à quatre ans, vous serez locataire de votre fonds de commerce, le temps de constituer le capital qui vous permettra de devenir propriétaire d’un magasin sous enseigne. Tout au long de cette aventure, vous serez un véritable chef d’entreprise, autonome mais pas seul. Du début du projet à sa gestion au quotidien, Promocash vous accompagne dans la création de votre activité (étude prévisionnelle, suivi de chantier, formation, comptabilité…).

Pour ceux et celles qui veulent en savoir plus n’hésitez pas à nous contacter. Vous trouverez également plus d’informations sur notre offre de franchisé(e)/locataire-gérant.
Sinon un rdv à ne pas manquer sera Franchise Expo Paris du 23 au 26 mars 2015.
Faites-nous signe nous y serons …

Unknown

 

Alors ? Qu’en pensez-vous ? Cela vous titille de vous mettre à votre compte ? Avez-vous déjà tenté l’expérience ? N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires, cet espace est le vôtre !:

Crédit photo : photl – promocash

 

COMMENTAIRES

  1. Touzard Jean Pierre dit :

    Ne plus avoir la flamme dans le cadre de son entreprise peut arriver mais attention à ne pas prendre feu pour autant.
    En nourrissant des projets incertains ou trop ambitieux il est possible de finir comme Icare.
    Je n’ai rien contre la franchise mais il faut bien creuser le sujet et ne pas se laisser endormir par le chant des sirènes.
    Le franchiseur est avant tout un vendeur et le franchisé un acheteur.
    Le franchiseur connait son produit, le franchisé va devoir faire la part des choses.
    Je me permets quelques conseils et informations :

    – Le montant de la franchise est une charge qui ne s’amortit pas, cela peut peser lourd dans le bilan et avoir une forte incidence sur le résultat
    – Si l’enseigne que vous portez disparait vous restez seul et sans recours
    – Souvent un bon nombre de frais annexes viennent s’ajouter à la franchise
    – Le capital de départ ou droit d’entrée est définitivement la propriété du franchiseur
    – Dans certains cas vous ne serez pas si libres que cela dans le sens ou la stratégie commerciale les tarifs de vente, le mode de facturation, les surfaces et lieu d’implantation des locaux peuvent être imposés par le franchiseur
    – Il en est de même dans le choix des fournisseurs
    – Il est parfois bien difficile de revendre

    Une grande prudence me parait de mise ainsi qu’un solide socle de compétences permettant de gérer une entreprise dans son ensemble.
    (Gestion – compta – achat – recrutement – management – commercial)

    Pour conclure, la franchise peut s’avérer être un bon support et une solution pour s’établir.
    Néanmoins, si vous avez le profil pour être franchisé, vous l’avez aussi pour être indépendant.
    Réfléchissez bien, soyez prudent et si besoin entourez-vous d’un bon conseiller.

    Jean – Pierre Touzard

    • Merci Monsieur Touzard pour ces points de vigilance ! C’est pourquoi le fait de passer par un palier de type location-gérance peut comme le souligne Marc Guichet du cabinet Emergences RH (l’auteur de cet article), être un bon compromis …
      Bien à vous,

  2. Maud Hidoux dit :

    Bravo Marc pour cet article concret et clair sur le monde de la franchise. C’est un concept un peu flou tant qu’on y est pas directement confronté et tu l’as très bien expliqué. Bien sur la franchise comme toute action professionnelle a ses bons et ses mauvais cotés, je pense surtout qu’en créant un lien fort avec son franchiseur on peut faire des merveilles. Malgré tout, il ne faut pas oublier que ça reste le “patron” et comme dans tout emploi, il faut pouvoir lui faire confiance, être certain que les valeurs de l’entreprise sont celles que nous partageons et créer une relation forte pour avancer ensemble et éviter tous les désagréments d’une mission ratée.
    Bonne journée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.