Isabelle et Jorge témoignent de leurs Plaisir au Travail !

dans Plaisir au travail, Témoignage | par

..., Isabelle Meniaud, ...

.

Après avoir :

Je vous propose deux interviews rafraichissantes à consommer sans modération :

« Isabelle cultive le plaisir au travail de ses vendeuses »

Bonjour Isabelle,

Tu es la fondatrice et directrice de deux boutiques de vêtements et accessoires haut de gamme pour femmes sur l’île de la Barbades dans les Caraïbes,

… Selon toi le plaisir au travail est-il porteur d’efficacité et de gain de productivité ?

OUI évidemment quand tu aimes ce que tu fais, tu le fais mieux et avec coeur ! Par exemple quand j’achète mes futures collections, je me régale à vivre l’effervescence des show-room, des salons et des visites d’ateliers insolites. Ce plaisir me permet découvrir des nouveaux créateurs peu diffusés. Curieuse j’adore partir à la recherche de nouveaux produits, du coup je ne ménage pas mes efforts et cela paye ! Lire la presse spécialisée, des carnets de voyages, des interviews, mais aussi parcourir la Provence à l’affût de vides greniers, brocantes me permet de joindre l’utile à l’agréable. Cela m’inspire, je repars ensuite avec des carnets remplis d’adresses, de noms de créateurs et de nouvelles tendances à suivre… Sans cet éveil et les découvertes qui en découlent, je n’aurais pas pu me distinguer sur mon business. Je suis reconnue et appréciée pour mes choix et pour le renouveau de mes collections.

L’inverse est-il vrai ? Un salarié qui ne prend pas plaisir à son travail est-il moins performant ?

Oui l’inverse est vrai ! Evidemment, il ne sera pas performant donc pas productif…. Il vaut mieux commencer à rechercher quelqu’un d’autre ou bien trouver comment le re-motiver…

En qualité de manager comment essaies-tu d’insuffler du plaisir au sein de tes équipes ?

C’est tout le challenge… la clef d’un bon manager “est” dans son mode de management !

En étant dynamique, transmettant et partageant ses idées, en allant de l’avant et toujours avec passion !

Un bon manager n’aura de bons résultats que s’il est bien entouré ! Une bonne équipe est primordiale ! On est pas “successful” tout seul… mais grâce à de bons collaborateurs !

Concrètement, tu peux me donner un exemple ?

Déjà avant toute chose la rémunération que je donne à mes vendeuses comporte un fixe et une partie variable liée au CA réalisé mensuellement. Ensuite, j’ai responsabilisé une vendeuse en lui donnant la fonction d’assistant manager. Mon objectif était de valoriser son travail en la rendant autonome et responsable. Une fois ces pré-requis installés, on peut parler de “plaisir au travail” !

Par exemple, j’invite une de mes vendeuses à venir avec moi choisir nos futurs collections sur Paris. On en profite entre deux showroom pour faire du tourisme, je l’ai même amenée diner à la Tour d’Agent ! … Charlotte avait des étoiles dans les yeux.

A notre retour, Charlotte était enthousiaste et la qualité de ses conseils auprès de la clientèle a nettement progressé. Quand elle accompagne une vente en parlant d’un jeune styliste parisien, on s’y croit vraiment, plus qu’un argumentaire de vente il s’agit d’une vraie histoire.

Certes c’est un investissement, mais on s’y retrouve vite. D’une part, par notre propre plaisir à faire plaisir, et d’autre part par l’amélioration de la performance de nos collaborateurs.

Et toi, comment gères-tu ton propre plaisir au travail ?

Bizarre ta question ! Je le vis tout simplement. J’adore être dans mes boutiques, rencontrer de nouvelles clientes, faire de belles ventes. … Pour le dire autrement mon plaisir est le carburant de ma vie professionnelle.

Merci isabelle !

(1) Isabelle Meniaud, créatrice et manager de deux superbes boutiques et bientôt d’un concept store sur l’île de la Barbade

[Source Photos : Isabelle Meniaud entourée de Shemida et de Veronica]

« Faute de plaisir au travail, il quitte son job et donne un nouvel élan à sa carrière ! »

DSC_0003

Bonjour Jorge,

Pouvez-vous en quelques lignes vous présenter…

Je suis Jorge Dias, j’ai 31 ans en union libre et j’ai 13 ans de grande distribution derrière moi.

J’ai commencé comme beaucoup au bas de l’échelle en qualité de gestionnaire d’un rayon de produits multimédia ; petit à petit je suis devenu vendeur, puis manager électro photo ciné son, et enfin manager du plus grand rayon d’un magasin, le produit frais libre service.

Après un beau parcours et une évolution rapide au sein d’une grande enseigne de la distribution, vous avez décidé de vous orienter vers un nouveau projet professionnel ? Pourquoi ?

A 31 ans on est confronté à l’avenir, mais on a déjà un passé. Mon évolution a était rapide et enrichissante. Dans une carrière, au fur et à mesure qu’on avance on dessine d’une façon ou d’une autre, les perspectives de la suite. Moi, ma perspective c’était de changer de la grande distribution pour revenir à des valeurs qualitatives qui me sont chères.

Pourquoi ?

Car dans mon expérience la qualité et le goût de proposer du luxe aux clients m’attiraient comme des aimants. Le problème c’est que le rouleau compresseur “grande distribution” a eu raison de ma bonne volonté.

Et aujourd’hui où vous en êtes ? Avec du recul regrettez-vous votre décision ? Que vous a appris cette expérience ? Cette prise de recul ?

J’avais pour projet de faire naitre ma propre entreprise de vente de produits alimentaires répondant à une clientèle particulière. J’ai eu l’occasion de commencer le projet puis, une opportunité exceptionnelle, celle qui se présente rarement dans une vie (LA VAGUE du surfeur), est venue à moi. Donner naissance à un projet unique à travers une marque de prestige qui existe déjà. Ca c’est du challenge….

Je savais qu’avec mes compétences, mon ambition et mon envie de réussir je ne tarderai pas à rebondir à nouveau.

J’ai suivi mon instinct et je ne me suis pas trompé.

Cette expérience m’a appris que la vie professionnelle est une suite. Il faut sans cesse se nourrir par de la nouveauté, le feu sacré. Surtout ne pas dévaloriser son potentiel, mais au contraire trouver toujours le moyen de l’accroitre.

Ma décision était murement réfléchie et je ne la regrette pas car, comme la vie personnelle, la vie professionnelle a besoin de changement pour l’équilibre de notre plaisir au travail.

Au sein de vos équipes, comment essayez-vous d’insuffler du plaisir au travail ?

Insuffler du plaisir au travail, ce n’est pas une mince affaire. C’est ce pourquoi on est fait quand on est manager, outre le fait de satisfaire la clientèle quand on est dans le commerce, et ce malgré les coups de pression.

Il y a trois étapes essentielles pour faire progresser le coefficient plaisir chez un collaborateur.

  1. Le respect de la personne en tant que collaborateur, mais aussi en tant qu’être humain avec ses défauts et surtout ses qualités.
  2. L’écoute active de son personnel, même si cela paraît quelque fois rébarbatif d’écouter un grand père vous parler de ses petits enfants. Le tissage du lien passe par là.
  3. Inspirer le challenge, faire naitre la culture du résultat et de la performance chez quelqu’un. Quelques fois, même avec un travail simple est répétitif comme celui de la mise en rayon, on peut donner à une personne l’envie de se dépasser tout en lui communiquant positivement qu’elle contribue au résultat.

Et aujourd’hui quel est votre challenge ?

Mon challenge aujourd’hui, c’est de réussir à travers un projet colossal où je suis acteur, metteur en scène et réalisateur :

Participer à la naissance d’un « Miele Center » dans une région qui s’y prête tellement : la Côte d’Azur. Façonner l’équipe et l’outil, lui faire faire ses premier pas et le faire se développer.

C’est un projet ambitieux certes, mais un jeu qui en vaut la chandelle.

Merci Jorge, je vous souhaite une excellente continuation !

Caroline

COMMENTAIRES

  1. Un beau thème de réflexion pour l’été,
    Comment pouvons nous individuellement et collectivement susciter, développer et promouvoir le plaisir au travail ?

    Devenir un Manageur Développeur, c’est recruter, évaluer, orienter, guider et former ….
    Détecter le potentiel d’évolution de chaque collaborateur, initier un plan de développement …. une vision du Management à promouvoir !

    merci Caroline, bonne lecture et un bel été à tous,

    Isabelle
    ” Coaching des Talents “

  2. LO BONO dit :

    J’ai souvent appliqué l’adage: cherchez le plaisir à faire ou à être des personnes et vous trouverez le talent!

  3. Jane Littlejohns dit :

    Cet article donne un réel coup de boost! On parle trop souvent de productivité et de chiffre d’affaires, sans pour autant se demander si l’employé prend plaisir en faisant cela.
    Etant actuellement étudiante, c’est toujours rassurant de lire des interviews qui nous rappellent qu’il est important de prendre, avant tout, du plaisir dans ce que l’on fait. Et comme a dit Confucius: “Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie.”

    A bientôt!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.