Recruteurs ou Chasseurs de Trésors ?

dans Recrutement | par

fc-photos-emergences-rh-0003

Un recruteur n’est pas un directeur de casting, c’est avant tout un aventurier, qui à chaque mission, s’outille, planifie, source, sonde, creuse, questionne… des heures et des jours durant, avant de tomber sur la pépite tant désirée !

C’est Raphaël, nouveau chargé de recherche du cabinet, qui après une 1ère semaine de formation à l’approche directe (comprenez : la chasse de tête), s’exclame « J’ai l’impression de participer à un jeu de piste et d’être un chasseur de trésor !!! »

Oui… Exactement, bien vu !

Nous connaissions notre consultant en recrutement, notre recruteur, notre chasseur de têtes, notre « cueilleur éleveur » de talent, mais en fait… notre métier est bien de chasser le bon collaborateur ! Celui qui va « performer », celui qui va s’approprier son poste et amener son équipe et/ou son marché au-delà des espérances de son employeur !

Nous parlons bien là de pépites, de talents, de forces vives qu’il faut, une fois dans ses bras, chérir et faire grandir !!

Cette représentation de « chasseur au trésor », replace tout d’abord les candidats comme les acteurs principaux sur la scène du recrutement ; ce ne sont pas de simples cibles : ce sont nos vedettes !!!

Par ailleurs, cela implique une qualité essentielle du chasseur : l’Endurance !

Vous savez, cette force qui nous pousse à creuser, fouiller, enquêter …

Cet optimisme qui, contre vents et marées, nous force à rester sur le pont… face au ventmême sous la tempête, quand le vaisseau chavire, quand des vagues envahissent le pont… il y a toujours en nous une indescriptible conviction qui nous maintient debout, le regard au loin, l’oeil vissé sur notre longue vue à scruter encore et encore l’horizon…

« On y est presque, j’en suis certaine, on brule, cela ne peut pas être autrement. Il existe bien ? Il se cache bien quelque part ce talent qui s’ignore, celle ou celui qui ne sait pas que nous sommes à sa recherche, celle ou celui qui vaut de l’OR !!! »

Pour bien me faire comprendre, chers lecteurs et particulièrement vous : chers clients. Oui ! Je m’adresse à vous opérationnels et DRH, vous êtes certainement très loin d’imaginer le travail de fourmi que nous devons accomplir avant de pouvoir vous présenter des candidats « short listés ».

Le mieux est d’écouter une de nos chargées de recherche, Barbara.

fc-photos-emergences-fgdfhrh-0002

Bonjour Barbara, selon toi, quelle est la compétence essentielle qui te permet de réussir, c’est à dire d’identifier et d’approcher des professionnels en poste, à l’écoute du marché et intéressés par nos opportunités ?

 

Carnet-de-voyage

Recruter est un jeu de piste !

Un recruteur doit être pétri de compétences techniques et relationnelles, nous sommes bien d’accord sur ce point.

(Si besoin, petite séance de rattrapage avec deux billets précédents « Chasseur de tête qui es tu » et « Le sourcing n’est pas qu’une question de lignes de codes« ).

Mais plus que la simple maîtrise d’un savoir faire ou d’un savoir être à un instant « T », le recruteur doit, son bâton de pèlerin à la main, parcourir un long chemin, parsemé d’embuches, de mauvaises surprises, voir de déceptions pour pouvoir espérer identifier et découvrir LE BON CANDIDAT !

Rarement notre parcours s’étend d’un point A à un point B.

Le plus souvent nous devons franchir plusieurs étapes, flairer puis valider des indices, faire des hypothèses avant de pouvoir fièrement, dans un carrosse doré, accompagner notre candidat découvrir son futur palais !

Notre pugnacité fait la différence !

J’entend souvent Marc, co-auteur de ce blog et fondateur dirigeant du cabinet de recrutement Emergences RH me dire :

« C’est bien pour cela que nos clients nous paient ! Cette mission est difficile ? OK ! Mais pour autant, continuons à avancer et maintenons le cap !! Au bout du chemin, un candidat nous attend. Ne passons pas à côté de lui ! »

0009353007K-849x565

Tout d’abord occupons largement le terrain, au-delà des frontières, pour dénicher les bons gisements !

Par exemple, même si je recrute un responsable logistique pour la région Est, je vais chasser sur tout le territoire national !

Encore dernièrement j’ai bouclé de manière inattendue (car rapidement), une mission difficile en approchant un breton pour un poste à pourvoir… à Bourg en Bresse !

Le nez au vent, ouvrons grandes nos oreilles et recrutons les bons pisteurs !

Un chasseur de trésor sait identifier les bonnes pistes, et les bons relais d’information. Il ne s’économise pas quand il s’agit de glaner çà et là des informations.

 

paintyourwagoncherch

 

Par exemple, en discutant avec un responsable formation d’une filière professionnelle spécifique, j’apprends que tel site va dans les deux ans diminuer largement son activité et donc, être amené à opérer un plan social ; et justement il connait le responsable transport en titre !

Bien souvent je pars d’une carte avec des grands axes de recherche et petit à petit, au fil de mes contacts, j’enrichis cette carte et concentre mes investigations au bon endroit et auprès des bons interlocuteurs…

Chasseur de Trésor mais aussi Alchimiste !

Oui ! je l’affirme haut et fort un bon recruteur est patient et sait doser les bons ingrédients, trouver la bonne formule, saisir le temps « juste »… Que ce soit en terme de paroles, d’écoute et de temps de réflexion.

Notre mission est d’accompagner un professionnel en poste à se métamorphoser en candidat fougueux et combatif .

Loin de « forcer la main », nous devons trouver le bon « tempo » pour apprendre à le connaitre, à le comprendre, parfois même à le pousser dans ses retranchements … pour mieux ensuite le conseiller et l’orienter à trouver sa voie !

Et la technologie dans tout cela ?

OK notre métier est de plus en plus tributaire des nouvelles technologies, les requêtes booléennes sont nos nouvelles armes. Il y a même des challenges sourcing « papier crayon » (ni téléphone, ni simulation d’entretien d’approche directe) où un jury émérite adoube le meilleur « sourceur » !!

Et le candidat ? Où encore les « Huggy les bons tuyaux »…

Comment les approcher ? Comment susciter les bonnes infos ? Comment en quelques minutes les engager à nos côtés ? Comment en faire des alliés ? Comment les séduire et en faire des partenaires ?

Obtenir l’indice pour passer à la prochaine étape, le sésame qui se glisse subrepticement dans le creux de notre oreille sous couvert de discrétion… n’est pas une mince affaire…

… Chut… je dois m’arrêter là… assez de confidences pour aujourd’hui… vous ne croyiez tout de même pas que j’allais vous livrer tous mes secrets !

A vous maintenant de me donner la pareille ! Qu’en pensez-vous ? Je me délecte en avance de vos retours…

PS : J’en profite … nous recrutons un nouveau chasseur de Trésor au sein de notre équipe ! Alors faites passer l’info !!

Capture d’écran 2015-01-24 à 16.53.48

COMMENTAIRES

  1. Excellent article Caroline ! Merci pour ce vent de fraîcheur. C’est bon de se dire qu’un recruteur est chasseur de trésors. Je trouve que cela sublime encore plus cette profession !

    Allez hop ! Prenons notre longue vue et naviguons ensemble sur les flots du recrutement ! :)

  2. MILLOUR Thierry dit :

    Article très bien rédigé et illustré qui retrace bien notre cheminement méthodologique….
    Pugnacité, apprentissage permanent, indices à regrouper par axes strat,
    parcours réalisés par les cadres en poste et retours d’expériences ….

    Cet article fait du bien à notre profession car il relative le recours aux outils techno qui bien evidemment nous font gagner du temps et en sourcing le temps aussi c’est de l’argent, mais surtout nous rappellent que c’est un métier de R-H….
    Pour le H nous avons tous la même définition
    Pour le R : vous avez le choix dans la batterie des concepts.
    Allez je reprends mon bâton de pellerin des R-H car aujourd’hui, je fouine ds un secteur qui m’est complètement étranger mais que je dois découvrir avec mes outils :
    mon flair….mon expérience, ma prise de hauteur, ma synthèse, mon sens marketing et de grandes tendances sous-jacentes qui impactent notre métier au quotidien.
    Merci encore Caroline !
    Cordialement
    Thierry

  3. Davier dit :

    Bravo Caroline pour cet article très frais et toujours très concret.
    A bientôt
    Jackie

    • Merci Jackie, on se voit au prochain #ApéroRH Nice ce sera le 19 mars 2015 … au menu : « l’évaluation de nos collaborateurs ». A très bientôt !

  4. Mario dit :

    J’adore la métaphore : chasseurs de trésors, T’as tout dit Caroline. Ça vous replace parmi les « oiseaux rares », ces connecteurs/connectés qui connaissent la moitié de la ville et que l’autre moitié connait. Changez rien !

  5. Bettini Caroline dit :

    Super article et merci pour ce partage !
    Mais pourquoi parler que de chasser des professionnels en poste ? Est-ce à dire que ceux qui ne sont plus en poste ont perdu leur éclat ? Il semblerait que malheureusement oui. Et pourtant des pépites existent dans ceux qui sont en recherche active et là comment les dénicher ces petits trésors isolés, enfouis, et qui sans le coup de pelle du chasseur n’arrivent plus à révéler leur brillance et leur rareté ? On regarde et on chasse pour le futur aussi, et ces candidats un peu ternes et en apparence sans éclat pourront être un jour des alliés et partenaires d’autant plus reconnaissants d’avoir été révélés.
    Oui le RH est un vrai beau métier qui est celui de Richesse Humaine.
    Encore merci pour cet article.

  6. Après lecture de votre article “recruteurs ou chasseurs de trésors” qui circule sur le réseau social LinkedIn, je voudrais réagir sur deux points:

    1-Recruter est un jeu de piste ! Attention de ne pas trop chercher la perle rare car parfois votre pépite d’or est toute proche de vous, recruteurs. Recruter est un jeu de piste , le croyez-vous vraiment?

    Candidater est-il un jeu de piste? posez-vous la question. Je pense que la voie d’écoute, de compréhension et de confiance est préférable car recruter et candidater vont de pair . Ce n’est pas un jeu de piste ou de cache-cache .

    Les talents et la valeur-ajoutée de la personne sont visibles au premier regard, au premier contact. Faut-il encore lui tendre la main et lui donner sa chance en lui ouvrant la porte professionnelle .

    2- Le recruteur doit, son bâton de pèlerin à la main, parcourir un long chemin, parsemé d’embuches, de mauvaises surprises, voir de déceptions pour pouvoir espérer identifier et découvrir LE BON CANDIDAT !

    Je n’approuve pas cette perception négative du candidat. Encore une fois, la perle rare ou la pépite n’existe pas. Chaque individu a ses forces et ses faiblesses, ses qualités et ses handicaps. Il parvient toujours à ce que ses failles soient un “plus” et sa force de caractère soit un ATOUT .

    J’en parle en connaissance de cause. Depuis des années, j’arpente le chemin de l’emploi avec PUGNACITE et PERSEVERANCE. Je rencontre aussi des embûches, des difficultés, des négligences….je pourrais poursuivre ce tableau peu réjouissant du monde du travail mais je préfère avoir une vue plus OPTIMISTE: recruteurs et candidats, soyons plus solidaires et plus confiants. L’homme a de l’or dans les mains ( des dons) et dans la tête ( une intelligence).

    Faites CONFIANCE à tous ceux que vous rencontrez sur votre chemin.

    Cordialement.

    Catherine ETEVE-RABOURDIN

  7. Ziegler AP dit :

    Merci pour cet article fort intéressant. Une autre manière de voir le recrutement. Mais comme souligné, il ne faut pas toujours chasser les candidats en poste, d’autres ne le sont plus et cela ne les dévalorise pas pour autant. Des fois, il suffit d’une rencontre pour que cela match et que le recruteur comme le recruté aient envie de travailler ensemble.
    C’est en général ainsi que s’écrivent les plus sympathiques aventures professionnelles.

    • Merci Anne-Pascale ! Vous avez raison : nous devons rester ouvert et humble pour nous laisser surprendre par un candidat insoupçonné qui fera la différence !

  8. GLINEC dit :

    Votre article est très intéressant.
    Je vous l’accorde, il y a quelques « chasseurs de trésor » à la recherche de cette pépite, parfois invisible, ce manager passionné et fougueux, fidèle apte à guider jour après jour, chaque collaborateur, mais aussi l’équipe dans son ensemble vers son maximum de potentiel, pour créer cette dynamique qui permet de « déplacer les montagnes »…
    Mais ces deux passionnés ont un point commun, une certaine « sensibilité humaine » qui permet de lire l’autre et de voir son réel potentiel!

    Malheureusement à l’heure des nouvelles technologies le « copier-coller » reste la capacité principale de beaucoup de recruteurs ou managers, insensibles de cœur!

    Cordialement
    Marc

    • Merci beaucoup Marc de votre commentaire… La technologie « oui » pour faciliter les rencontres mais l’essentiel demeure toujours dans la qualité de la relation « candidat/recruteur ». Deux acteurs à part entier placés sur un même pied d’égalité…

  9. Philippe ACCARY dit :

    Pour ma part, j’aborde les entretiens comme une découverte lorsque je recrute.
    Je préfère que les candidat(e)s m’exposent leur histoire et ce qui les motive dans cette histoire.En face je leur explique bien sur l’histoire de l’entreprise mais aussi la mienne ou celle de l’équipe à compléter selon le cas. C’est à chaque fois une découverte, un entretien détendu et dont la conclusion quelle qu’elle soit est assez facile à décliner et expliquer (important d’expliquer le non! en toute transparence et simplicité). Finalement l’envie nait ou pas au cours de l’entretien, envie qui doit être réciproque.

    Bonne journée

    Cordialement
    Philippe ACCARY

    • Merci Philippe pour votre témoignage ! Vous rappelez les bases d’une rencontre réussie, équilibrée et durable. Même si le premier coup n’a pas débouché sur une collaboration effective peut être demain ce sera le cas !

  10. DELCOURTE dit :

    Merci pour l’article très intéressant ! en premier lieu je regarde le CV, voir s’il répond aux exigences du poste et me donne l’opportunité de découvrir le candidat qui pourra m’emmener dans son univers professionnel. je vois s’il est « habité » par celui ci, et la manière dont il en parle c’est vrai que nous sommes des chasseurs de trésors surtout s’il y a double ou triple compétences avancées, un entretien se prépare et bien souvent le candidat ne se projette pas encore chez son futur éventuel employeur. Un retour d’expérience marquant ? un ingénieur bilingue, que j’ai formé au management avant sa prise de poste pour qu’il soit vraiment à l’aise dans sa nouvelle équipe et cela dure depuis plus de 3 ans.
    Cordialement
    Godeleine

    • Merci pour votre retour d’expérience ! Nous devons aussi travailler nos relations et notre pédagogie vis à vis de nos commanditaires. Combien de fois je me suis entendue dire « faites moi confiance… vous devez le rencontrer ! » Parfois je me trompe mais bien souvent mon client me remercie d’avoir insisté !!

  11. Chloé TAWFIK dit :

    En tant que candidat, j’ai souvent à faire à des recruteurs ayant une idée toute faite de la personne qu’ils cherchent à recruter. Bien loin de l’image du chercheur de trésor qui, lui sait estimer le caillou brut qu’il a en main. C’est dommage car parfois, une personne venant d’un milieu différent peut apporter une vision nouvelle ou aborder les choses sous un angle différent et non envisagé par les personnes se trouvant dans « le même moule ».

    Si le candidat a pour « obligation » de se donner pleinement en entretien pour décrocher le Graal professionnel, ne pensez-vous pas qu’un recruteur devrait aussi se faire violence pour s’obliger à recevoir des profils plus variés et voir au-delà de l’apparence, la pépite de compétence qu’il a en main?
    Et si ce n’est pas le recruteur qu’il faut convaincre du bien fondé d’étudier des profils différents, alors il faut faire de la formation auprès des managers pour qui ils recrutent car eux, c’est certains, ont des œillères.

    Néanmoins, il est important d’expliquer la raison pour laquelle on refuse un candidat. Cela peut être très formateur et j’ai beaucoup appris de quelques simples phrases explicatives!

    Cet enthousiasme à chercher la perle rare me redonne un peu de foi dans le process de recrutement. Ca fait du bien de voir des gens passionnés par leur métier.

    • Bonjour Chloé !
      Je commence ma journée à vous lire et je dois ensuite reprendre le cours de mes missions et notamment rédiger un mail à un client pour valoriser des candidats « hors cible » auxquels je crois… Cela m’oblige à réellement comprendre, analyser, mesurer, m’approprier la dimension professionnelle et personnelle des candidats que j’approche. Il faut aussi les projeter dans le poste, l’environnement et la culture de l’entreprise du poste à pourvoir, sur du court, moyen et long terme. C’est aussi une question de confiance « candidat/recruteur » « DRH/cabinet de recrutement »…

      Décidément cet espace d’échanges et de partages d’expérience me remplie d’énergie et sans cesse a un impact positif et constructif sur mon activité au quotidien… Merci beaucoup !

  12. MORENO Alexia dit :

    Je trouve cet article très intéressant. Il met de « l’humanité » dans le recrutement et remet à neuf la vision qu’il existe entre les managers et les candidats.

    Bien trop occupés à vouloir profiter des ressources ciblées d’un éventuel collaborateur, les recruteurs ont tendance à en négliger la dimension humaine.
    Pourtant n’ont-ils pas eux aussi, été un jour candidats?

    L’image du chasseur de trésor est alors très bien pensée. Ce recruteur n’est plus à la recherche de profils particuliers mais bel et bien d’une personne particulière!
    Il sait que le candidat, comme lui même, est un individu avec un parcours personnel, une expérience qui lui est propre et il est important de prendre en compte ses qualités distinctes.
    Je trouve cette approche du recrutement innovante car ENFIN, le candidat et le recruteur sont placés sur un même pied d’égalité.
    De plus les deux partis sont valorisés :
    -En tant que postulant, il n’est plus un frein d’avoir un profil atypique. La rareté devient qualité. Nul besoin de « rentrer dans des cases » pour espérer être embauché.
    -Au delà des technologies mises à leurs profits pour trouver la bonne personne, les chasseurs de trésors développent leur curiosité, leur ténacité et surtout, créent du lien avec leurs potentiels collaborateurs. C’est ainsi qu’ils arrivent à terme, à déceler cette petite chenille rare qu’ils imaginent déjà métamorphosée en papillon.

  13. Marina PARISOT dit :

    Le recruteur a pour objectif de répondre aux besoins des clients.
    En effet, ces besoins s’établissent par le biais de plusieurs critères, pouvant être classés par degrés d’importance.
    A la lecture de cet article, il est possible d’en déduire que l’ensemble des critères définis, doivent s’harmoniser et coïncider en totalité.

    Vraisemblablement, le terme « Chasseur de Trésor » exprime l’implication des recruteurs, où il ne s’agirait plus de rechercher des compétences, mais de déceler les potentiels talents des personnes.
    Cette quête est avant tout, une aventure humaine, en partant à la rencontre de professionnels et en élargissant le réseau qui nous lie.
    A l’afflux du marché, cela amènerait finalement à déterminer les champs d’action probables pour apercevoir le profil nec plus ultra.
    Cependant c’est au chercheur de détecter et de faire prendre conscience au candidat de ses capacités professionnelles afin de lui offrir des perspectives valorisantes qui susciteraient, en lui, une opportunité d’avenir.
    Connaissons-nous les limites de nos capacités ?

    En finalité, cet article a une approche subtile du recrutement.
    Le concept d’interview apporte des appréciations de valeurs justes.
    Le challenge est intense et il mène à l’évidence.

  14. Geneviève Lot dit :

    Bel article explicite qui résume bien le métier de recruteur.
    Même si les outils permettent de trouver des personnes, rien ne peut remplacer la relation humaine qui permet de trouver LA personne.
    Le recruteur, avec son originalité, trouvera la pépite. Ne pas avoir peur ! Ne pas avoir peur de rencontrer les candidats qui sortent des sentiers battus. En effet, le recruteur doit lire derrière les lignes du CV et ainsi découvrir les différentes facettes de la pépite. J’aime beaucoup cette comparaison du chercheur d’or et de la pépite, le recruteur n’est pas là sans le candidat et le candidat se révèle grâce au recruteur, ils sont complémentaires. Prendre conscience de cela permettrait de mettre davantage d’humanitude dans les relations professionnelles.

  15. Hortense Levard dit :

    Merci Caroline pour cet article très intéressant et très bien tourné sur la profession du recruteur !

    Je suis tout à fait d’accord sur le fait que le recruteur doit chasser le bon collaborateur ! Celui qui va s’intégrer facilement à son nouveau poste et qui se surpassera et étonnera son employeur. Au recruteur de trouver cette perle rare !

    En lien avec votre article, je vous renvoie vers cet article qui donne des conseils sur la manière de trouver le bon recruteur :

    http://www.jobtruster.com/blog/choisir-un-cabinet-de-recrutement/

    A bientôt !

  16. Virginie Sylvestre dit :

    Bonjour,

    Je découvre tout juste votre blog et commente donc avec un peu de retard sur la date de parution du billet.
    RH généraliste qui évolue surtout dans des PME, j’ai, je dois l’avouer, un petit a priori négatif sur les cabinets de recrutement, et je prends donc grand plaisir à lire vos billets pour voir si j’arrive à changer de point de vue. J’aime beaucoup votre positionnement du « chasseur de trésor » et la description d’un recruteur qui cherche à sortir des sentiers battus. Mon expérience de client et de candidat va malheureusement à l’encontre de cette jolie image. Comme client, je me suis toujours vu proposer des candidats « clones » avec un parcours type – qui correspondaient certes à la description du poste, mais qui, du coup, donnaient une triste impression d’uniformité. Comme candidat, je suis systématiquement écartée par les cabinets de recrutement qui me placent dans une case et ont du mal à m’en sortir (dixit le seul chargé de recherche qui ait accepté de faire un retour sur mon profil). Comme recruteur et comme gestionnaire d’équipe, je suis très attachée à la diversité – de parcours, de sexe, d’origine, de culture -, qui m’a toujours apporté de meilleurs résultats qu’une équipe « miroir ». J’attends encore qu’un cabinet de recrutement me convainque sur ce point, mais je ne désespère pas. Bravo pour vos contenus en tout cas.

    • Bonjour Virginie ! Je vous remercie beaucoup pour votre retour et témoignage… Je suis certaine que ma vision et ma pratique du métier de recruteur est partager par de nombreux autres chasseurs de talents…

LAISSER UN COMMENTAiRE

Votre email ne sera pas visible. Les champs marqués sont requis *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>